CD Offenbach - Сomptes rendus dans Forum Opéra Magazine et Musicologie.org

Publié le 26 Mars 2018

Evidemment, cette impression d’entendre déjà la Muse travestie en compagnon d’Hoffmann est consolidée par l’interprétation de Mariam Sarkissian, qui fut jadis un bien bel Oreste et qui a exactement le timbre qu’on aimerait entendre en Nicklausse. C’est avec tout le soin et toute l’ardeur d’ordinaire réservé aux œuvres consacrées que la mezzo chante ces mélodies, en lesquelles il devient dès lors possible de croire. Maîtresse d’œuvre de l’opération, elle s’efface pour une moitié du programme derrière son élève la soprano Fanny Crouet aux aigus argentins, mais leurs deux voix sont réunies pour la seule plage comique du disque, le duo « Meunière et fermière », allègre crêpage de chignon d’une douzaine de minutes, construit comme un affrontement de divas rurales, où les chanteuses s’amusent manifestement.

Le pianiste Daniel Propper soutient les voix avec l’autorité nécessaire dès que sa partie lui autorise une présence plus affirmée. Et, luxe appréciable, d’autres instrumentistes ont été convoqués pour deux des mélodies : le clarinettiste Julian Milkis pour la « Ronde tyrolienne », et le violoncelliste Levon Arakelyan pour « L’Etoile ».

https://www.forumopera.com/cd/jacques-offenbach-melodies-laboratoire-de-nicklausse

Rédigé par Mariam Sarkissian

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :